Permettre à chacun de trouver sa place dans un voyage de l'espérance

servons la fraternité - voyage de l'espérance

 

Dimension de service, dimension créatrive ou culturelle

« Dès aujourd’hui, cré-acteurs pour demain »  Voyage de l’Espérance – délégation de Savoie

POURQUOI ?

Le voyage de l’Espérance doit permettre de témoigner que le bonheur se célèbre à travers des savoir-faire partagés. Tous ont quelque chose à partager. Tous ont un appel à recevoir, une mission personnelle  à accomplir pour le bien de tous, même si leur position pourrait laisser croire qu’ils ne sont pas au premier plan.

Les plus pauvres, les marginaux, les personnes malades, certains jeunes  et enfants ont souvent une image d’eux-mêmes négative : sentiments d’échec, d’inutilité, de honte. Permettre qu’ils retrouvent leur place dans nos sociétés est un devoir de communion.
 

COMMENT ?

Lors d’une veillée finale ou d’un dernier temps de partage de la parole, chacun peut être invité à présenter, à témoigner de la place qu’il a pris dans ce voyage, du rôle qu’il a pu avoir à tel ou tel moment, d’un appel qui lui a été fait, d’un service qu’il a rendu, de quelque chose de nouveau qu’il a pu faire ou vivre .

« Le plus important c’est la fierté » dit  le Père Joseph Wrésinski.

  • Proposer de se mettre au service (répondre à des sollicitations du groupe, de la Cité Saint Pierre, pousser une personne en fauteuil, faire la vaisselle, préparer la messe, chanter dans la chorale, aller à la rencontre d’un inconnu, participer à un atelier…).
  • Permettre à chacun de partager un savoir-faire : jongler, jouer à un jeu, apprendre une langue, lire un poème, chanter lors d’un temps prévu (scène ouverte).
  • Vivre des temps créatifs de réalisation de tel ou tel objet, de telle ou telle œuvre individuelle ou collective, faire place à l’expression théâtrale.
  • Permettre aux différentes cultures d’être valorisées (danse, cuisine, habitudes, rites des pays d’origine des membres du groupe).

POINTS DE VIGILEANCE

  • Laisser la place, susciter la participation et la valoriser.
  • Eviter d’assister, de materner les personnes les plus pauvres. C’est leur manquer de respect.
  • Ne pas sous-estimer les capacités de chacun à s’investir, à donner - et surtout des plus pauvres.
  • Veiller à mettre en valeur leur place au moins au même titre que ceux qui sont plus visibles dans l’organisation (sans excès ni indifférence).

LOURDES ET LA CITE SAINT PIERRE

  • Elle a l’expérience d’un « village des talents » qu’elle peut vous aider à réaliser sur des lieux adaptés.
  • Elle peut proposer aux voyageurs, en le préparant en amont, des temps de service adaptés à votre programme.
    En le préparant en amont avec le service animation, vous pouvez aussi :
  • Proposer un « savoir faire » de votre groupe au profit de la Cité Saint Pierre et des groupes et bénévoles qui la fréquentent (chant, temps de prière, spectacle, ateliers…).
  • Participer à la veillée de la Cité Saint Pierre le mercredi soir (et/ou le samedi en été).
  • Participer ou animer un atelier devant l’accueil pendant les temps de repas.

Document complet en pièce jointe

Dossier pédagogique réalisé par l'Aumônerie Nationale, l'Equipe d'Animation Spirituelle et le département Pédagogies d'Animation du Secours Catholique - Caritas France

Ajouter un commentaire