Fiche Repères pour Agir | Atelier de français, différents publics et différentes méthodes (2)

1. Plusieurs réalités, plusieurs besoins

À l’arrivée des personnes, un entretien d’accueil est effectué pour évaluer leur niveau et constituer des groupes homogènes. L’intérêt est de pouvoir fixer des objectifs de progression. Ainsi, on constate plusieurs réalités qui correspondent à différents besoins :

  • Cours d’alphabétisation/ « cours alpha » = adultes jamais scolarisés, ce sont des cours d’alphabétisation. Il y a à la fois des francophones et des non francophones.  Ces derniers, n’ayant jamais été scolarisés, ne pourront pas apprendre à lire et à écrire dans une langue qu’elle n’utilise pas.
  • Cours FLE : pour adultes non francophones, ayant un bon niveau scolaire dans leur pays, le français est donc une langue vivante étrangère.
  • Public maîtrisant les bases mais lisant difficilement et souvent sans comprendre. Cours « post-alpha » ou de remise à niveau.
  • Public, ayant été scolarisé en France, n’a pas acquis le niveau suffisant. Cours de lutte contre l’illettrisme. 

Pour évaluer le niveau des personnes au sein même des différents publics, le bénévole peut s’appuyer sur les compétences définies dans la classification en plusieurs niveaux du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) et du référentiel français A1.1.

Par exemple :

Alpha – Compétences de niveau A1.1

Oral compréhension : Comprendre les questions relatives à son identité, aux achats, …

Oral expression : Pouvoir se présenter, répondre au médecin, …

Ecrit compréhension : Comprendre la signalétique, les informations chiffrées, …

Ecrit expression : Pouvoir renseigner un formulaire simple, libeller une enveloppe, …

A prévoir également des tests de progression basés sur des mises en situation afin de faire le point sur les besoins et les acquis des apprenants.

 

2. Les méthodes

Dans les centres de formation, il est demandé aux formateurs de décliner leurs cours en objectifs. Ainsi, chaque cours se forme autour d’un ou plusieurs objectifs, transcrits en compétences à acquérir. La nature de ces objectifs définira l’approche pédagogique. On peut répartir ces objectifs en cinq catégories : objectifs communicatifs, objectifs lexicaux, objectifs grammaticaux, objectifs phonétiques, objectifs culturels/socioculturel/interculturels.

A. La pédagogie FLE

L’approche la plus répandue aujourd’hui est l’approche communicative. En effet, la quasi-totalité des méthodes se base sur le CECRL, un référentiel européen qui définit six niveaux d’acquisition d’une langue en listant les compétences à acquérir pour chacun d’entre eux.

Exemples :

Premier niveau, A1 : se présenter, parler de ce qu’on aime, inviter quelqu’un, etc.

Niveau A2 : évoquer des souvenirs, des expériences vécues, exprimer la difficulté, le besoin et l’envie, etc.

Niveau B1 : participer à un débat, émettre une opinion, un doute, une crainte, exprimer une conséquence, etc.

Ainsi, le rôle du formateur est de faire acquérir l’une après l’autre ces compétences aux apprenants. La particularité de ces compétences c’est que ce ne sont pas des compétences grammaticales (le verbe être) ou lexicales (les pièces de la maison) mais des compétences dites communicatives qui visent à la production d’un acte de parole. Les compétences grammaticales, phonétiques et lexicales viennent servir l’objectif communicatif.

Par exemple, si l’on souhaite parler de ce que l’on aime. Il faudra transmettre :

  • Quatre expressions : j’aime, je n’aime pas, j’adore et je déteste
  • Une liste de verbes des activités de loisir et du quotidien
  • Evoquer la notion d’infinitif

A la fin de la séquence, les apprenants devront être capables de décliner ces outils de façon autonome pour avoir la compétence parler de ce que l’on aime. Nous sommes donc toujours dans la même démarche en trois temps : annoncer, transmettre, vérifier.

B. La pédagogie « ALPHA » (cours d’alphabétisation)

Le public : certaines personnes ne sont pas francophones. Par conséquent, avant d’apprendre à lire et à écrire, il faut s’attacher à apprendre à parler français.

La pédagogie : des objectifs à court terme.

En effet, un adulte n’apprend pas à lire et à écrire en trois mois. Cela peut prendre plusieurs années, d’où l’importance d’avoir des objectifs de court terme, des outils réutilisables dès la sortie du cours.

C. La pédagogie POST-ALPHA (remise à niveau, lutte contre l’illettrisme, etc)

Ce type de cours peut se construire autour de trois objectifs :

1 : les faire aimer l’écrit, leur donner envie de lire et d’écrire.

2 : les accompagner dans la maîtrise de compétences socioculturelles.

3 : l’acquisition de compétences grammaticales.

Fiche pratique issue d'outils du Secours Catholique.

© Crédits Photo : Christophe Hargoues/Secours Catholique

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.