Penser, croire et agir avec les pauvres : Etape 4 - le rôle de l'Eglise

Le colloque de la Fondation Jean Rodhain s’est tenu à Lourdes du 13 au 15 novembre 2015. Les actes de ce colloque ont été intégralement publiés aux éditions des Cahiers de l’Atelier, sous le titre « Penser, croire et agir avec les pauvres ». En s’appuyant sur les pistes énoncées au cours du colloque, Bernard Stéphan, le responsable de la rédaction des éditions de l’Atelier, nous propose une méthode en quatre étapes, pour passer « du pourquoi au comment ».

 

Quatrième étape

Ce que peut être le rôle de l’Eglise dans l’élaboration d’une théologie et d’une éthique sociales

L’article de Christophe Pichon donne des balises pour travailler cette question. Il indique les déplacements de l’Eglise catholique du « faire pour les pauvres » au « faire ensemble » en passant par le « faire avec ». Cette transformation implique une tension entre l’urgence de l’action devant la misère et la patience que suppose l’implication des pauvres et de tous les membres de l’Eglise dans cet engagement.

Deux figures de la tradition biblique s’y révèlent : celle de l’Exode où des pauvres s’identifient à Moïse et à la libération qu’il incarne et celle des prophètes où la famille fraternelle qu’est l’Eglise se laisse interpeller par l’exigence de respect du droit et de la justice.

On retrouve également un écho à ces figures dans l’article de Francys Silvestrini qui décrit les différentes insistances des théologies de la libération en Amérique latine. L’élaboration d’une théologie et d’une éthique sociales par l’Eglise a besoin de l’expérience et de la pensée de tous. C’est la mise en pratique de cette conviction à travers les équipes fraternelles du diocèse de Versailles que décrit Alain Havet dans son article.

De la même façon, les sessions de Nevers décrites par Dominique Fontaine permettent l’édification de ponts entre les paroles recueillies et les théologiens. « Le défi à relever est bien celui de consentir à ne plus se contenter de faire la charité aux plus pauvres mais de la vivre et de la penser en inventant de nouvelles formes avec et à partir des pauvres », affirment ainsi Mgr Jean-Charles Descubes et Monique Baujard dans leur article. « L’Eglise, poursuivent-ils en citant le Pape François, n’est autre que le marcher ensemble du troupeau de Dieu sur les sentiers de l’histoire à la rencontre du Christ Seigneur. »

 

Crédits photo : © Public Domain

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.