Contre les préjugés, « il reste encore beaucoup à réaliser »

13/10/2022

Engagé depuis 15 ans avec ATD Quart Monde, Guillaume Culorier prépare activement le 30e anniversaire de la dalle de La Flèche en l’honneur des victimes de la misère.

 

Sur son bureau, une montagne de livres des Éditions Quart Monde côtoient ses figurines Star Wars. Guillaume est intarissable, aussi bien sur l’histoire d’ATD Quart Monde et ses combats que sur la saga culte. Il les a découvertes à peu près en même temps, à la fin des années 1990 et y a puisé sa force. Mais c’est en 2007, à l’âge de 20 ans, qu’il comprend réellement la portée du Mouvement. « Ma mère m’a inscrit, sans me demander mon avis, à un voyage à Paris pour la Journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre. » Arrivé au Trocadéro, Guillaume découvre avec étonnement la Dalle en l’honneur des victimes de la misère et son inscription : « Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’Homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré ».

Il était déjà pourtant passé mille fois devant la réplique de cette dalle à La Flèche, mais ne s’était pas attardé sur sa signification. « C’est à Paris que j’ai compris l’importance de ces mots et ça m’a marqué. » Il participe ensuite à la Dynamique jeunesse d’ATD Quart Monde, puis aux actions locales, comme les ateliers cuisine ou les sorties culturelles et familiales. Il devient également un membre actif des Universités populaires Quart Monde, qui se réunissent au sein de l’Université du Maine, au Mans. « Je suis heureux d’aller dans ce lieu d’éducation. Je n’ai pas eu le bac, mais là je peux m’exprimer, dire les paroles de ceux qui ne peuvent pas être présents, être écouté. Cela me rend fier de savoir que les Universités populaires ont permis des avancées législatives. »

Une grande famille

À partir de 2016, il devient responsable du groupe local, seul ou avec un autre membre du Mouvement. « Mon engagement me prend beaucoup de temps, mais il me rend heureux, d’autant plus que je le vis en couple. J’ai rencontré Julie, ma copine, grâce à ATD Quart Monde », détaille-t-il. Mais quand il entend le terme de « militant Quart Monde », qui désigne les personnes vivant ou ayant vécu la grande pauvreté choisissant de rejoindre ATD Quart Monde, il tique un peu. « Je me considère comme un militant, bénévole et avant tout membre du Mouvement. J’ai eu des moments difficiles dans ma vie, que ce soit financièrement ou à cause de l’isolement. Mais pour moi, ATD Quart Monde, ce n’est pas qu’un groupe local, ni même national, c’est une grande famille et des amis. »

Atteint depuis l’enfance par une paralysie spastique, maladie provoquant des troubles de l’équilibre et de la marche, Guillaume estime en outre que son engagement « lui donne des forces pour bouger, aller de l’avant ». Et se lancer dans de nouvelles aventures. Connaissant ses engagements associatifs, Nadine Grelet-Certenais, sénatrice socialiste de la Sarthe, lui propose fin 2019 de faire partie de son équipe de campagne pour l’élection municipale à La Flèche. « Joseph Wresinski avait promis aux habitants du camp de Noisy-le-Grand de leur faire monter les marches de l’Élysée, de l’Onu et du Vatican. Moi, j’ai dit au groupe d’ATD Quart Monde de La Flèche : ‘on va marcher jusqu’aux portes de la mairie, mais surtout jusqu’à la reconnaissance et la dignité' », se souvient-il avec enthousiasme. Aujourd’hui conseiller municipal, Guillaume se bat notamment pour un accès pour tous à la culture et au numérique.

Deux jours de festivités

Dans tous ses engagements, il se sent porté par les mots de la Dalle. Il se démène ainsi depuis plusieurs mois pour que sa ville célèbre dignement le 30e anniversaire de l’inauguration de la réplique de cette dalle, à La Flèche. « Cela fait 30 ans que des familles du Mouvement se sont battues pour dire qu’elles aussi avaient le droit d’être respectées et écoutées. » Deux jours de festivités sont prévus : le 16 octobre avec les membres d’ATD Quart Monde et le17 en lien avec la mairie et les autres associations mobilisées. Au programme, la création d’une œuvre commune intitulée la « justice au cœur », une exposition et des petites saynètes sur l’histoire de cette journée, des chants, un documentaire co-réalisé par Guillaume et l’inauguration d’une nouvelle dalle. « Ce qui me motive, c’est de laisser une trace, de montrer que, même si plein de choses ont évolué en 30 ans, il reste encore beaucoup à réaliser. » Guillaume espère aussi permettre à de nouvelles personnes de rejoindre ATD Quart Monde, les former à prendre des responsabilités, renforcer ce groupe local très actif où « toutes les générations se rencontrent et s’expriment ».

En parallèle de la préparation de cet événement, il est également très investi dans la création de l’Entreprise à but d’emploi Alternataf, dans le cadre du projet Territoires zéro chômeur de longue durée. « J’espère qu’elle va s’ouvrir. J’aimerais travailler, avoir un CDI, un salaire. Malgré mon handicap, je sais que je peux faire des choses de mes mains et qu’ici on m’écouterait. Cela me tient vraiment à cœur. » Partout où il passe, Guillaume s’attache à tout faire pour que les préjugés disparaissent. « Le combat est long, mais on y arrivera ». Et s’il le faut, il se tient toujours prêt à dégainer son « sabre laser contre les idées fausses ».

Source : ATD Quart Monde

 

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.