COVID- 19 : Anne-France, le professeur de cœur

Bénévole à Guyancourt, en banlieue parisienne, Anne-France accompagne des enfants dans leur scolarité.

 

En ce temps de confinement 

Tous les jours du lundi au vendredi, à 15 heures, Anne-France, 58 ans, a rendez-vous par vidéo avec Alimatou. Pendant 1h30, elle aide la jeune fille scolarisée en sixième à faire ses devoirs à distance, en ce temps de confinement. « Alimatou aime bien me voir à l’écran, une relation s’est développée. C’est presque familial. Chaque bénévole prend en charge un élève depuis le début du confinement mi-mars. Des liens particuliers se nouent », relève Anne-France. Alimatou aime bien me voir à l’écran, une relation s’est développée.

D’habitude, elle chapeaute l’équipe de bénévoles de Guyancourt. Ceux-ci accompagnent chaque mercredi après-midi un enfant différent.

« Beaucoup d’élèves viennent de milieux sociaux défavorisés. Les trois quarts des parents ne peuvent pas suivre scolairement leurs enfants car ils sont analphabètes ou n’ont pas les notions nécessaires. Nous leur montrons qu’ils ont malgré tout un rôle dans le suivi », estime Anne-France.

De petits rayons de soleil

De fait, en plus de l’accompagnement scolaire, l’équipe a mis en place un atelier de soutien à la parentalité pour « prendre soin de la famille ».  L’ancienne professeure de dessin n’oublie pas pour autant son but ultime : « Outre savoir lire écrire et compter, l’objectif principal est que les enfants aient confiance en eux. »

Et pour développer ce lien privilégié avec des enfants de familles souvent d’origine étrangère, Anne-France s’appuie sur ses seize années passées en Allemagne : « Cette période m’a apporté une ouverture. En famille, nous avons appris à nous adapter à une autre culture. »

Mais pour l’heure, en attendant la fin du confinement, Anne-France se réjouit de voir que, grâce au groupe de discussion mis en place sur WhatsApp, les relations entre bénévoles, enfants et familles continuent : « Les parents nous envoient des photos des enfants, de ce qu'ils font en dehors du travail scolaire, pâtisserie, bricolages... De petits rayons de soleil ! »

 

Interview réalisé par Cécile LECLERC-LAURENT

Journaliste 

Secours Catholique – Caritas France

Crédit photo : SCCF

 

Ajouter un commentaire