COVID- 19 : Ceux qui basculent

Depuis le début de la crise sanitaire, les bénévoles du Secours Catholique qui distribuent les chèques-services ont vu apparaître un nouveau public.

 

 

Des familles et personnes qui étaient souvent sur un fil et dont la situation s'est dégradée à cause du confinement. Reportage dans les Graves, un territoire viticole au sud de Bordeaux.

Debout dans l’encadrement de la porte d’entrée de son pavillon, à Saucats, en Gironde, Geneviève enlève son masque de protection pour la photo. « Malgré tout, la coquetterie, elle est là », plaisante cette retraitée de 79 ans. Mains gantées et masque sur le nez, Fabienne Nguyen, bénévole au Secours Catholique dans ce secteur viticole au sud de Bordeaux, est venue lui déposer un chèque-service de 50 euros. 

« Ça va me permettre de voir venir un peu », remercie Geneviève. Avec, elle compte « faire le plein » de fruits et légumes. Elle se rendra dans une commune voisine plutôt qu’au supermarché local. « On se connaît tous ici et on ne se dit pas tout. On a notre fierté », confie-t-elle.

Aide à domicile pendant 35 ans auprès de personnes handicapées, Geneviève vit depuis dix ans avec une pension de 700 euros. Après avoir payé 360 euros de loyer, plus diverses charges fixes, il ne lui reste plus grand-chose.

Avant le confinement, elle avait l'habitude de se rendre chaque semaine au Secours populaire de Léognan, à quelques kilomètres, afin de récupérer un colis alimentaire. Mais depuis mi-mars, à cause du risque sanitaire, les distributions de colis se sont raréfiées. Et elle s’est retrouvée en difficultés pour se nourrir.

Benjamin Sèze

Journaliste SCCF

Crédits photos : ©Sébastien Le Clézio / Secours Catholique

Ajouter un commentaire