COVID- 19 : itinéraire d’une tournée de nuit

 

Retour sur l’une d’entre elles, avec Laurence, Chantal, Louis et Pierre.

 

 

Grâce à la mobilisation des bénévoles de la délégation du Secours Catholique – Caritas France de Marseille, l’accueil mobile poursuit ses tournées de nuit à la rencontre des personnes en situation de rue, un soir sur deux depuis le début du confinement.

 Les mesures de protection avant la tournée :Après avoir signé tous les "laissez-passer" nécessaires, suivi la formation sur les consignes à respecter et les gestes barrières, nous sommes partis de la délégation vers 19 h, récurés, décapés, masqués, gantés et "hydro-gélifiés".

Au départ, nous avons appelé la boulangerie qui nous avait demandé de passer avant la fermeture de 20 h, pour récupérer les invendus. Nous nous sommes d’abord rendus à Saint-François-Xavier voir notre ami François. Après arrêt à la boulangerie, nous avons repris la tournée dite "classique", à savoir, Saint-Giniez, le Rouet/St-Joseph, les Impôts, Europcar, où nous avons rencontré nos amis habituels. Il était 20 h et l’ambiance au rendez-vous, plutôt joyeuse : musique, cris, applaudissements, pétards. On se serait cru un 14 Juillet !

On a flâné dans le quartier en remontant le Prado par la contre allée. Nous avons rencontré plusieurs personnes isolées, dont une jeune femme, seule, endormie dans un recoin.
Nous avons croisé un partenaire local qui sans plus rien à distribuer, ne pouvait pas poursuivre la tournée du lendemain. Il nous a expliqué où il fallait aller et comment faire notre tournée du lendemain (lieux, horaires…) pour servir "ses habitués". Puis nous avons repris notre tour habituel, Timone, Saint-Pierre, Préfecture, Palais de Justice, Banque de France, Castellane, là une quinzaine de personnes nous attendaient déjà, impatientes. Puis retour au bercail pour les dernières désinfections d’usage selon les consignes.

Notre tournée nous aura permis de rencontrer plus d’une cinquantaine de personnes. Elles se sont un peu amusées de toutes les précautions que nous prenions mais se prêtaient au jeu de bonne grâce. Leur imposer de rester à un mètre de distance les unes des autres était complètement illusoire car elles nous attendaient groupées et ont reformé le groupe dès que nous sommes partis.

Se retrouver entre elles, et avec nous, est le seul lien social qu’elles peuvent avoir en ce moment où tout est fermé. Elles sont contentes de nous voir. Même si les tournées sont espacées, on sent que le fil n’est pas rompu grâce aux bénévoles mobilisés qui continuent à servir cette fraternité à laquelle nous tenons tous. Compte tenu de notre accoutrement et des barrières de sécurité, les échanges sont moins longs mais ils permettent de maintenir le lien, prendre des nouvelles de chacun, savoir comment ils sont organisés, leur proposer soupe chaude, café et chèques-services selon les besoins.

« Au-delà de l’Évangile, ce qui me motive, c’est l’enthousiasme des bénévoles qui veulent participer, agir contre ce virus pour nos amis, nos frères et sœurs de la rue. Un grand merci à eux tous qui, la plupart du temps, agissent dans l’ombre, sans compter et du fond du cœur. Au vu des retours de chaque tournée, nos amis de la rue ont besoin de nourriture mais surtout de fraternité. C’est ce qui fait que les bénévoles rentrent de ces tournées épanouis, avec le sentiment d’avoir été utiles ».

Pierre, bénévole référent

Source : Délégation du Secours Catholique de Mareille

Droits photos : Tournée rue ©Sébastien Le Clézio/Secours Catholique Caritas France

Ajouter un commentaire