Mineurs isolés à Toulouse

12/09/2022

Alerté par les militants du CCFD-Terre solidaire, Mgr Guy de Kerimel, Archevêque de Toulouse, s'est rendu ce vendredi 9 septembre 2022 au campement des mineurs étrangers expulsés de l’ancien EHPAD des Tourelles le 26 août dernier.

Gaëtan Dejean, jeune pro bénévole au sein de la Conférence Saint Vincent de Paul, dresse un état des lieux.

Fermé depuis le 26 août 2022, l’ancien EPHAD des Tourelles abritait environ 150 jeunes mineurs isolés, aujourd’hui à la rue par décision de la Mairie de Toulouse. Une fermeture sous haute tension, avec plusieurs dizaines de CRS et plusieurs jeunes blessés lors de la mise à la rue. Depuis cette date, ces jeunes mineurs isolés n’ont eu d’autre solution que de s’installer dans les rues de Toulouse, sur les allées Jules Guesde non loin du Palais de Justice. C’est un village de tentes que l’on peut aujourd’hui observer sur ces allées, un village de personnes qui sont toutes dans l’attente d’une solution proposée par la Mairie de Toulouse et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.

Ces 150 jeunes isolés installés dans ce nouveau campement sont en majorité de jeunes garçons mineurs, originaires d’Afrique de l’Ouest ou encore d’Asie centrale. Dans ce campement, nous comptons également quelques jeunes filles mineures, encore plus en vulnérabilité. Parmi tous ces jeunes, il y a des élèves, collégiens et lycéens, qui ont dû faire leur rentrée scolaire dans des conditions très précaires. Des adolescents qui ont été poussés à quitter leur pays respectif pour de raisons diverses, guerres, instabilité politique, crise économique, menaces… Beaucoup sont des survivants des déserts ou de la Méditerranée qu’ils ont traversée sur des embarcations de fortune, au péril de leur vie. Tous sont aujourd’hui en recours juridique devant la juge des enfants, dans l’attente que leur minorité soit reconnue par les autorités, ce qui est le cas à 95% depuis déjà de nombreuses années.

En attendant, sur le campement, la vie essaie de s’organiser malgré les nombreuses difficultés que ces jeunes rencontrent au quotidien. Ils sont confrontés à un grand sentiment d’insécurité, jour et nuit, qui génère des angoisses et le stress permanent de ne pas savoir à quoi ressemblera leur lendemain. Quotidiennement, ils vivent dans une grande précarité, sans eau courante ni électricité et sans aucun accès aux douches ni aux sanitaires. Aucune structure matérielle n’est présente pour stocker les dons de nourriture, évacuer les déchets ou encore mettre à l’abri certains jeunes malades ou blessés.

Des solutions dignes et plus humaines sont attendues, des solutions qui permettraient à chaque individu de pouvoir se construire, se rendre à l’école en toute sécurité ou encore tout simplement attendre la décision du juge plus paisiblement.

Les différentes associations et collectifs présents sur place tentent d’aider ces mineurs isolés dans leur quotidien. Les bénévoles de l’équipe de Saint Vincent de Paul Jeunes Toulouse sont présents autour de ce groupe de mineurs non accompagnés depuis 2018. Des bénévoles, étudiants ou jeunes professionnels qui, depuis des années, donnent de leur temps et de leur énergie pour vivre auprès des ces mineurs. En partenariat avec la Banque Alimentaire de Toulouse, ils assurent une livraison de nourriture, proposent une aide aux devoirs ou des cours de soutien, un repas chaud chaque lundi soir suivi d’une animation. Des sorties sportives et culturelles leur sont également proposées pour leur permettre de découvrir Toulouse et sa région. La livraison de nourriture n’est pas toujours facile par manque de moyen humain et matériel (camionnette).

Concrètement, nous avons 150 bouches à nourrir et nous sommes toujours en quête de riz, d’huile, de poulet, d’oignons qui sont les ingrédients communs à l’alimentation de base de tous ces jeunes présents sur le campement. Le matériel de cuisine nous manque également (des bouteilles de gaz, réchauds, marmites grand format, etc). Nous cuisinons souvent avec nos propres ustensiles de cuisine que nous apportons de chez nous.
Nous sommes une équipe de jeunes bénévoles qui cherchons toujours de nouveaux bras pour venir partager cette expérience humaine mais plus que tout venir partager au plus près le quotidien de ces jeunes mineurs isolés, tout en essayant de redonner le sourire, le courage et l’espérance autour d’un thé, café ou mafé.

Aujourd’hui ces jeunes mineurs isolés sont dans l’impossibilité d’obtenir un logement collectif. Ce serait pourtant une solution idéale pour que les nombreuses associations et collectifs qui luttent à leurs côtés viennent assurer les différents services (médical, administratif, juridique, scolaire, alimentaire, culturel…), ce qui serait totalement impossible dans des logements individuels éparpillés sur le département.
Dans l’attente d’une rencontre avec la Mairie, la Préfecture et le Conseil départemental, nous œuvrons auprès de ces jeunes en nous rendant disponibles pour eux et en étant présents. Tout simplement.

Gaëtan Dejean,
bénévole au sein de la Conférence Saint Vincent de Paul à Toulouse

Source : diocèse de Toulouse

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.