« Nous raisonnons en équipe »

L’association Simon de Cyrène développe depuis des années des expériences et maisons de vie partagées entre personnes handicapées (cérébrolésées) et valides.

 

À Bordeaux, un groupe d’entraide mutuelle a été lancé en 2020 à Talence et propose des activités en journée.

 Blandine Cayet, responsable de cette équipe, revient sur cette première année et sur les projets en cours. 

Comment avez-vous connu et rejoint l’association Simon de Cyrène ?

J’ai entendu parler pour la première fois de l’association Simon de Cyrène lorsque j’étais en études d’éducatrice spécialisée ; le concept de vie partagée entre personnes valides et personnes cérébrolésées m’a beaucoup touchée, surtout dans la réciprocité de la relation qui illustre si bien le « faire avec ». J’ai rejoint Simon de Cyrène quelques années plus tard à Vanves, où j’ai eu la chance de vivre l’expérience de cette vie partagée au cœur d’un appartement.

Quelle est l’activité, la présence de l’association sur Bordeaux et en Gironde ?

Les « Compagnons de Simon de Cyrène », sont les amis du projet à Bordeaux ; ils constituent aujourd’hui une belle équipe de soutien au projet, fort d’une cinquantaine de personnes (bénévoles, personnes handicapées…). Ce sont eux qui travaillent au projet des maisons partagées, et qui ont permis l’ouverture d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM) « Le Trèfle », en janvier 2020. Le Trèfle est situé dans les locaux de la paroisse de Talence, il est ouvert du lundi au vendredi. Bénévoles et personnes handicapées se retrouvent pour passer un moment convivial autour d’activités comme des jeux de société, de la relaxation, un groupe de parole, des sorties, des vacances partagées...

Combien de personnes handicapées sont accueillies en journée par les équipes bordelaises ? Que leur est-il proposé de vivre ?

Aujourd’hui le GEM accueille une vingtaine de membres : 10 personnes handicapées et autant de personnes bénévoles, salariés, prestataires… Nous ne raisonnons pas en nombre de personnes handicapées mais plutôt en équipe entière, ce qui donne un sens à la vie partagée. À travers les activités, il nous est donné de vivre des moments de convivialité, d’amitié, mais aussi d’entraide dans les difficultés… Nous vivons des temps forts autour de thématiques particulières comme la vie affective par exemple. Ce sont des évènements qui nous rapprochent les uns des autres.

Vous avez lancé une équipe en janvier 2020, vous avez donc été très rapidement mis à l’épreuve du confinement et de la crise sanitaire ? Quelles ont été les conséquences de cette crise au printemps 2020 ?

Effectivement, le confinement est arrivé très rapidement. Je crois pouvoir dire pour le groupe que ce sont les repas partagés qui nous ont beaucoup manqués ! Nous étions heureusement un noyau dur de personnes investies, qui a permis le maintien de ce groupe (création d’une gazette, appels téléphoniques…).
Aujourd’hui, je note que cette crise sanitaire a un impact sur l’évolution du nombre d’adhérents, qui augmente lentement. A contrario, cela n’a pas freiné l’enthousiasme du groupe pour entamer des projets motivants, comme celui de nos vacances d’été à l’île de Ré !

Aujourd’hui comment abordez-vous les prochains mois ? Quels sont les projets pour cette équipe et plus largement l’association à Bordeaux ?

Les prochains mois seront plus souples puisque nous avons désormais la possibilité de nous réunir à 10 personnes. Ce sera l’occasion d’aborder la rentrée, de réfléchir à ce que nous souhaitons vivre ensemble l’année prochaine. Nous avons pour projet de constituer notre propre association, afin d’avoir nos statuts propres, notre règlement… C’est une grande étape à franchir pour le groupe ! Plus largement, l’association Simon de Cyrène porte le projet de maisons partagées à Bordeaux, avec une ouverture envisagée dans les trois prochaines années. Affaire à suivre !

Enfin, comment aider ou rejoindre l’association ?

Merci de nous aider en parlant du GEM et des maisons partagées autour de vous, à vos proches, vos amis…c’est par le bouche à oreille qu’un projet prend de l’ampleur !

Concrètement, nous avons aujourd’hui besoin de personnes handicapées et valides pour participer et animer des activités conviviales (sorties, théâtre, jeux…). Nous aimerions aussi des ressources pour développer notre communication, assurer des permanences dans nos locaux, organiser à nouveau nos repas partagés… Venez et voyez !

Source : Eglise catholique en Gironde

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
1 + 0 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.