Valentin enchante nos aînés avec sa guitare

Valentin, en service civique depuis novembre 2020 au sein des Petits Frères des Pauvres de Hyères , a très vite su comment nouer un lien avec les personnes âgées isolées qu’il visitait. 

 

Ce passionné de musique a touché leur corde sensible en venant chanter chez eux des airs d’autrefois avec sa guitare.

Il nous en dit plus sur son projet « Sérénade ».

Quand Valentin vient la voir, Fernanda, 91 ans, est conquise. « Je suis toujours très heureuse quand Valentin vient me voir, sourit-elle. Ça me fait comme un bol de chaleur. Les chansons qu’il me joue, ça me rappelle ma jeunesse. En plus, il les a apprises exprès pour moi ! Elles me touchent au cœur ».

Armé de sa guitare, Valentin s’est fait un devoir d’apprendre des chansons d’une autre époque pour plaire aux aînés qu’il visite dans le cadre de son service civique pour les Petits Frères des Pauvres de Hyères « Le but est de tisser du lien grâce à la musique. Je le fais chez des personnes que j’accompagne et je leur joue de la musique de leur génération, avec des artistes comme Jean Ferrat, Georges Brassens ou Maxime Le Forestier. Il m'arrive d'avoir des demandes, comme aujourd’hui chez Fernanda pour qui j’ai appris des chansons spécifiques. », explique-t-il.

Régulièrement, lors de ses visites, il offre un concert privé aux personnes âgées qu’il visite. Un joli moment pour nos aînés qui profitent de la joie de replonger dans leurs souvenirs et qui n’hésitent pas à chanter avec Valentin ! Cela me semble important d'être en mesure d'apporter un lien social aux personnes âgées qui sont très seules

Un service civique pour créer du lien avec nos aînés

Si Valentin s’est engagé dans une mission de service civique, c’est avant tout pour se rendre utile. « Je vois mon service civique comme étant un apport utile sur le plan humain. Cela me semble important d'être en mesure d'apporter un lien social aux personnes âgées qui sont très seules, tout particulièrement pendant cette période propice à l’isolement. »

Pour lui, cette période de crise sanitaire a été un véritable déclic : « Je pense que la situation du covid fait qu'il est plus que jamais le moment de s’occuper des personnes seules et isolées. »

Grâce à ces visites et au projet « Sérénade » qu’il met en place, il a le sentiment de pouvoir aider les personnes qu’il accompagne : « Je suis très content de pouvoir contribuer à apporter une aide affective et un soutien moral à ces personnes qui sont dans une grande solitude. Je trouve cela valorisant humainement. »

Source : Petits Frères des Pauvres

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
4 + 8 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.