Vieux et artistes : comment l’art adoucit les vieux jours ?

15/06/2022

Ils sont peintres, dessinateurs, amateurs de mosaïques… et vieux. Et cet art qu’ils exercent au quotidien, ces aînés ne tarissent pas d’éloges sur les bienfaits qu’ils en tirent.

 

La musique chasse les idées noires de l’un tandis que la peinture permet à l’autre de sortir de ses addictions. 

Pour Patrick, enfant placé de foyers en foyers, qui a ensuite vécu de petits boulots avec des périodes d’errance à travers les routes de France puis une addiction à l’alcool, la vie n’a pas toujours été simple. C’est en cure de désintoxication pour son alcoolisme, qu’il a repris goût au dessin grâce à un d’un art-thérapeute. Aujourd’hui, il s’adonne pleinement à sa passion pour l’aquarelle et notre Association encourage sa passion : ses œuvres ont été exposées au sein de l’un de nos cafés, le T-Kawa (13e). « Le fait de m’exprimer par le dessin (dessein) et les couleurs m’apporte apaisement et réflexion quant à mes actes à venir. Mon vœu est d’avoir encore assez de temps pour organiser mon planning de demain… », précise-t-il.

Quant à Georges, 84 ans, il peint des aquarelles de personnes célèbres depuis sa retraite. Ce loisir lui permet d’illuminer ses journées et de s’évader de son appartement parisien. « Pendant la pandémie, alors que je devais rester à la maison, le fait de peindre me permettait de m’échapper un peu du quotidien », note-t-il. 

Quand je suis angoissée, je colorie la vie 

Même son de cloche du côté de Dominique, 65 ans. Cette habitante d’une cité HLM d’Ivry-sur-Seine (94) embellit son quotidien grâce à l’art. Passionnée de musique, de poésie, de dessins… notre aînée s’y exerce avec enthousiasme. « La première chose que je fais le matin, même avant la douche, c’est de jouer au piano. », sourit-elle. La crise sanitaire a été l’occasion de découvrir une nouvelle activité : « Quand je suis angoissée, je colorie la vie », résume-t-elle humblement en montrant ses cahiers scolaires couverts de dessins aux feutres et crayons de couleurs. 

Quant à Patrick, 63 ans, cet ancien sans-abri a découvert la mosaïque il y a 10 ans grâce à une association qui vient en aide aux SDF. Depuis, il n’a jamais raccroché ! Patrick crée de nombreux tableaux, petits ou grands, en s’inspirant de ce qu’il voit. Grâce à la mosaïque, il se sent plus détendu et retrouve confiance en soi. « Je me sens bien quand je fais ça, ça m’apaise et puis à la fin on est content de soi, d’avoir créé quelque chose. ».

Enfin Ivana, 101 ans, s’est mise à la peinture sur le tard grâce à un peintre de son quartier à Marseille qui donnait des cours dans une école. Pour cette Yougoslave, qui a connu la guerre de 39-45, la peinture est un moyen d’exprimer ce qu’elle ressent. En compagnie des autres personnes de l’atelier de la Maison du Manier, elle peint fleurs, oiseaux, papillons, paysages apaisants… Elle adore aussi chanter en français, en italien, en russe ou en espagnol. Pour son anniversaire, les bénévoles lui avaient d’ailleurs réservé une surprise : un groupe de musique tzigane était venu pour elle. 

L’art, comme moyen de sortir de l’isolement

Pour les Petits Frères des Pauvres, les ateliers artistiques sont souvent l’occasion de recréer du lien social et de permettre aux personnes âgées d’exprimer des sentiments autrement…

Jean-Louis, bénévole, organise depuis 10 ans des ateliers artistiques au sein de la Maison des Petits Frères des Pauvres du Manier (13). Il y réunit régulièrement un groupe de personnes accompagnées, pour faire des mosaïques, céramiques, peintures, dessins, sculptures, poteries… « Pour moi, le but du jeu c’est que les personnes âgées accompagnées arrivent à s’exprimer à travers l’art… mais pour elles, c’est surtout de se réunir autour d’un projet commun. C’est aussi sortir de chez elles, rencontrer des personnes qui partagent le même intérêt. L’idée, c’est ensuite de passer une bonne après-midi ensemble et enfin, cerise sur le gâteau, de réaliser quelques œuvres. »

Le but du jeu, c’est que les personnes âgées accompagnées arrivent à s’exprimer à travers l’art…

Pour notre Association, si l’Art est bien sûr un formidable moyen d’expression, il est aussi un moyen de retrouver goût à la vie… Car lorsqu’on est âgé, isolé et que son quotidien est gris, il est difficile d’avoir envie de sortir et plus encore de faire un pas vers quelqu’un. C’est pourquoi les ateliers artistiques sont un merveilleux prétexte pour donner envie, stimuler l’intérêt comme le révèle Jean-Louis, bénévole au sein du Manier : « La majorité du groupe qui participe aux ateliers est âgée voire malade. L’idée, c’est de stimuler les personnes âgées pour qu’elles expriment un intérêt pour quelque chose. C’est là que réside l’importance de notre action. »

Et en retrouvant goût à la vie, les personnes retrouvent aussi le plaisir de discuter, d’échanger avec les autres… l’Art passe alors au second plan dans ces ateliers : « L’intérêt de ces ateliers artistiques, ce sont plus les contacts humains entre les personnes que l’objet en lui-même. (…) Durant ces animations, il y a une « émulation » qui est intéressante. Les personnes âgées viennent partager, stimuler leur esprit et sont heureuses ensuite de repartir avec un objet qu’elles ont fabriqué ou de voir les œuvres exposées dans les locaux des Petits Frères des Pauvres. », ajoute le bénévole.

D’ailleurs, les œuvres des personnes âgées que nous accompagnons sont régulièrement exposées au sein de nos locaux. Elles font notre fierté et souvent, c’est l’occasion pour nos aînés de réaliser un rêve : être exposé. Ainsi, pour les 10 ans des locaux de l’équipe d’accompagnement vers le logement Paris Simplon (18e), Luc, un jeune service civique a eu l’idée d’organiser une exposition composée de dessins et poèmes de personnes accompagnées par l’équipe : « À la base c’est un projet d’exposition que nous avions avec un monsieur accompagné qui dessine et qui aurait aimé exposer. Ce projet s’est greffé sur les 10 ans du Grand Friand où j’y ai vu une opportunité de mettre en lumière les talents de nos personnes accompagnées. C’est comme ça que nous avons collaboré avec Dominique (le monsieur accompagné). Il aime dessiner et colorier, et le dessin est aussi ma passion. J’ai donc dessiné au feutre et Dominique a ajouté sa touche de couleurs. »

Source : Petits Frères des Pauvres

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.