"La multiplication des pains" Marc 6,30-44

méditation avec des détenus de la Maison d'Arrêt de Fleury Mérogis Servons la Fraternité

 

 

 

Les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné. Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger. Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement. Déjà l’heure était avancée ; s’étant approchés de lui, ses disciples disaient : « L’endroit est désert et déjà l’heure est tardive. Renvoie-les : qu’ils aillent dans les campagnes et les villages des environs s’acheter de quoi manger. » Il leur répondit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répliquent : « Irons-nous dépenser le salaire de deux cents journées pour acheter des pains et leur donner à manger ? » Jésus leur demande : « Combien de pains avez-vous ? Allez voir. » S’étant informés, ils lui disent : « Cinq, et deux poissons. » Il leur ordonna de les faire tous asseoir par groupes sur l’herbe verte. Ils se disposèrent par carrés de cent et de cinquante. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction et rompit les pains ; il les donnait aux disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. Il partagea aussi les deux poissons entre eux tous. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. Et l’on ramassa les morceaux de pain qui restaient, de quoi remplir douze paniers, ainsi que les restes des poissons. Ceux qui avaient mangé les pains étaient au nombre de cinq mille hommes.

Il y a deux choses dans ce texte :

Il y a "se mettre à l’écart"

  • Quand on est fatigué, on a envie de se poser, de se mettre à l’écart, après une journée de travail, on dit à sa femme de s’occuper des enfants alors que nous, on ne les a pas vus de la journée.
  • Quand on est en prison, on est mis à l’écart par et de la société ; en prison, on devrait prendre du temps pour prier car Jésus est là pour nous. C’est l’occasion de faire le point et de nous demander « Que veux-tu faire de ta vie ? ». Après la condamnation, quand on repasse devant le juge pour un aménagement de peine, par exemple, le juge nous demande « est ce que tu as compris le sens de ta peine ? » si tu acceptes ta condamnation, il y a des possibilités de réinsertion, même si il y en a pas assez. Avec le Christ, ce que nous vivons, c’est pas la réinsertion, c’est la conversion du cœur. La différence entre la justice des hommes et celle de Dieu, c’est que la justice des hommes ne protège pas les pauvres. En prison, sans le Christ, on devient violent…

Et il y a "donner et recevoir"

  • Jésus nous dit qu’il faut savoir agir avant de prier ! Il est présent pour tout le monde et il rassemble parce qu’il aime les hommes et les femmes !
  • Dans la société actuelle on est individualiste, on ne se préoccupe pas du voisin. Pourquoi y a-t-il eu l’arbre du Mal ? et puis ici, on ne voit que le mal. C’est un choix, ce qu’on voit ! Dieu nous montre qu’il dépasse le mal ! le règne de Dieu c’est regarder les bonnes choses, ne pas rester bloqué sur les mauvaises.

Et moi, dans ma vie, où est le règne de Dieu ?

  • pour voir le travail de Dieu dans notre vie, il faut savoir que nous sommes responsables, capables, disciples et collaborateurs de Jésus.
  • Jésus montre à ses disciples qu’ils sont capables de nourrir la foule en ayant confiance et en partageant. Les apôtres ressentent la force de l’Amour que Dieu a pour les hommes et apprennent qu’ils sont capables en ayant foi au Créateur.
  • oui, en étant à l’écoute et à l’affût des signes. Car des fois, j’ai un problème qui me semble insurmontable et je prie et Dieu m’écoute et me donne la solution…mais il faut être à l’écoute.
  • partager… "quand il y en a pour 2, il y en a pour 5 » ça aussi c’est la confiance !
  • je suis responsable de voir le Bien ou seulement le Mal. Il faut apprendre à voir large.
  • 5 pains et 2 poissons ne suffisent pas, mais c’est grâce à la confiance au Père qu’il peut nourrir toute la foule !
  • on est trop dans le mal. Pour s’en éloigner, il faut faire du bien aux autres, se tourner vers les autres.
  • moi, ici, je fais du bien gratuitement, sans attendre un retour, car quelqu’un me l’a fait ; en rentrant, je ne pensais qu’à me venger. Maintenant j’ai ouvert les yeux, je ne veux plus. Les disciples sont tentés par l’égoïsme (pas mon problème) ou le défaitisme (je ne peux rien faire) ; or Jésus est avec eux. Comme nous, dans notre vie Jésus est là, pour nous aider là où on croit qu’on ne peut rien faire.
  • oui il faut ouvrir les yeux, écouter et être attentifs aux autres pour comprendre ce dont ils ont besoin, pour les aider. Nous décentrer, sor-tir des idées du mal…
  • il y a plusieurs façons de donner, on peut humilier celui qui reçoit. L’orgueil nous emprisonne ; pour demander il faut avoir confiance, pour donner, pas besoin ! il faut petit à petit donner confiance à la personne pour qu’elle puisse demander. Il y a une belle différence entre donner sa confiance et la redonner après une trahison…
  • j’arrive à donner sans juger, je prends le risque de me faire avoir, l’important c’est le mouvement du coeur.

Ajouter un commentaire