Pourquoi le travail c’est si important ?

27/04/2017

Chaque année, à l'automne, le Réseau Saint Laurent organise une session de théologie pastorale à Nevers consacrée à l'expérience de foi des pauvres et à la diaconie. En 2016, les groupes de personnes ont partagé et réfléchi autour du thème du travail. Retrouvez ci-dessous un deuxième extrait de ce texte de paroles.

 

Ça donne de la valeur à la personne, de la motivation, du courage, beaucoup de joie. On apprend à connaître les collègues. Un travail bien fait donne de la joie. Je fais de l’espace vert et du jardinage. On sème des plans, on les arrose et ça donne de bons plans.

Travailler, c’est être utile aux autres et à soi-même aussi. On se lève le matin avec un but, une activité à faire et on peut être utile à quelqu’un d’autre. Une personne qui peut travailler en usine, le résultat de son travail est utile. Travailler, ça donne un but à la vie. Ça m’est arrivé des périodes de chômage. Heureusement j’ai eu des associations pour m’occuper à ces périodes-là, parce qu’on se sent inutile. Le matin, se lever, à quoi bon ? pour quoi faire ? L’envie de vivre s’efface petit à petit.

J’ai travaillé avec les personnes handicapées. Ça m’aidait à avancer, sachant que je suis handicapée aussi. J’ai suivi ma patronne jusqu’à sa mort. Dès le jour qu’elle est rentrée à l’hôpital, j’y allais tous les jours la voir, jusqu’au dernier souffle et ça m’a donné de la force pour continuer. Quand j’ai perdu ma patronne j’ai été licenciée, mais je n’ai pas perdu le fil du travail. Et malgré que j’aie des problèmes de santé, c’est « Chemin d’Espoir » qui me fait vivre tout ça.

Pour moi, la dignité c’est se sentir soi-même, comme une personne importante et enfin dire aux gens : «  j’ai un travail ! ». C’est pas toujours facile de dire : " Ben oui, mais j’ai le RSA et j’ai que ci, j’ai que ça ! " De quoi tu vis alors ? J’ai mis le temps, mais enfin je l’ai ce travail et c’est vrai qu’on a le sourire, on se sent comme tout le monde. Depuis que je suis dans le groupe de la Pierre d’Angle, ça m’a beaucoup aidée ; dans ce groupe, il n’y a pas de jugement, on ne dénigre pas les personnes. Donc ça nous aide à prendre confiance en nous, à prier et à parler des évangiles.

J’ai eu des problèmes de santé, moi et mes enfants. Ça fait plus de 20 ans que je n’ai pas travaillé. Je cherche du travail, mais c’est difficile. La foi, la confiance il en faut, surtout la force et le courage  pour arriver à cette confiance. Maintenant je me sens mieux, avec l’aide de la fraternité St Martin. Dieu nous aide à avancer, à nous lever le matin, à dire : " Merci Seigneur". Ya quelqu’un qui nous tend la main, mais on ne le voit pas  parce qu’on a plein de soucis. On passe dans la rue, quelqu’un nous regarde avec un sourire, mais tu te demandes : «  Est-ce que c’est un vrai sourire ?" On se demande ça quand on est pris dans nos problèmes, mais si on prie, le Seigneur nous donne des bons sourires. Grâce aux gens de la fraternité je me suis levée. Ils sont toujours là pour moi. Ils pensent à moi et ce sourire là, c’est un bon regard, c’est le regard du Seigneur. Si vous arrivez à regarder bien, ces regards on l’a tous les jours.

Je suis une ancienne jociste, et on disait toujours : un travailleur vaut tout l’or du monde, parce qu’il contribue à faire fonctionner cette planète par son travail. Et ça, je crois que beaucoup l’ont oublié. Il y a tant de souffrance chez les chômeurs, il faudrait leur redonner le goût d’être respectés, debout, reconnus. Même s’il est au chômage, c’est un homme.

Moi j’suis bénévole, c’est ce qui m’a permis de m’enlever de mon isolement, de pas faire des bêtises, d’arrêter de croire que tout le monde est mauvais ou qu’y a pas d’espoir en fait. Et ça t’ouvre des portes en te montrant que d’autres personnes peuvent être bonnes aussi. Dieu m’a beaucoup aidée, c’est Lui qui m’a fait découvrir des personnes qui m’ont guidée vers le bénévolat, la Croix Rouge. Et ça m’a permis de revivre, de pouvoir montrer que moi aussi je pouvais donner à mon tour aux autres et que mes enfants soient fiers de moi.

J’ai perdu mon mari en 1998. Les enfants étaient grands, mais il fallait encore les nourrir et alors, le travail était pour mes enfants. Je priais beaucoup le Seigneur : Mon Dieu, aide-moi !  sinon j’vais pas y arriver à les nourrir". Dieu, c’est un Père bon.

Comme diplôme je n’ai que mon certificat d’études. Je pense que ce n’est pas mal. Un diplôme, c’est quoi maintenant ? Un vulgaire bout de papier. Je suis en  retraite. j’ai été plusieurs années dans une entreprise. J’ai demandé à être embauché. On me disait: " On vous écrira !". Eh ben, les lettres je les attends encore maintenant.

 

Ont participé à l’élaboration de ce texte

  • Jean-Claude Caillaux : animateur
  • Paule Farabollini : enregistrement et décryptage
  • Groupe Sainte Claire de la Riche /Yon :
    • Lionel
    • Jacques
    • Gilles
    • Chantal
    • Michael
  • Groupe de Chemin d’Espoir :
    • Christian
    • Sylvie
    • Michelle
    • Marie-Renée
  • Groupe de la Pierre d’Angle de la Flèche :
    • Chantal
    • Lydie
    • Isabelle
    • Valérie
  • Groupe de la fraternité St Martin :
    • Fabiola
    • Dominique
    • Jeannette
    • Bernadette

* Le réseau Saint Laurent met en relation des groupes chrétiens diversifiés qui partagent en Eglise un chemin de fraternité et de foi avec et à partir de personnes vivant des situations de grandes pauvreté et d'exclusion sociale.

Retrouvez le texte de Nevers sur le travail en intégralité ici, le premier extrait ("Quand j'entends le mot travail, ça me fait penser à quoi ?") et le troisième extrait ("C'est quoi le contraire du travail ?"), le quatrième extrait ("Est-ce qu'il y a une différence entre le travail et le service ?"), le  le cinquième extrait ("Quel est le sens du travail ?"), le sixième extrait ("Est-ce que Dieu veut que nous travaillions, hommes et femmes ?"), la relecture de Laudato si' et la relecture de ces textes par la théologienne Clémence Rouvier.

Vous trouverez également une relecture théologique du texte sur le travail par Etienne Grieu et Dominique Fontaine.

Ajouter un commentaire