COVID-19 : « Ma mère fait la médiation, elle est géniale »

Les jeunes de la JOC témoignent pour rendre visible leurs vies en milieu ouvrier et dans les quartiers populaires. 

Maëlle, 23 ans, Saint Nazaire (44)

« Je suis en famille, j’ai de la chance. Ma mère est malade, et est considérée comme une personne à risque, mon père, lui, continue de travailler : il est technicien biomédical et il installe des appareils respiratoires à domicile. J’ai une sœur en confinement total pendant deux semaines, elle est en étude pour être infirmière et elle a été en contact avec une personne contaminée. Mes deux dernières sœurs jumelles de 16 ans, n’ont pas cours. Ça chauffe à la maison, on est obligé de retravailler l’organisation et de partager les tâches. Ma mère fait la médiation, elle est géniale.
Fin mars je devais partir en stage dans un ESAT, à Blain en Loire-Atlantique, malheureusement c’est reporté. Je dois reprendre un rendez-vous pour l’effectuer plus tard…
J’avais fait il y a quelques semaines toutes les démarches pour bénéficier de l’AAH (Allocation adulte handicapée). Je ne sais pas quand je l’aurais et en attendant, c’est compliqué, je n’ai rien, aucun revenu.
En ce moment, mes premières journées de confinement, c’est beaucoup les écrans, je l’avoue. J’ai créé des groupes sur Whatsapp pour garder contact avec les copains et les copines de la JOC, pour se sentir moins seuls. Je voulais faire de la flûte, mais on est trop nombreuses et nombreux à la maison, je vais gêner, c’est pas la peine. Je vais faire du rangement.
Aux jocistes, partout en France : restez en lien, avec vos équipes, vos amis, vos proches, et ne perdez pas espoir ! Il vaut mieux rester confiné pour vaincre le virus. J’aimerais aussi que de plus en plus de personnes suivent le rendez-vous donné sur les réseaux sociaux : tout le monde à sa fenêtre à 20h pour applaudir les gens qui continuent de bosser pendant le confinement. »

Maëlle

 

Source : JOC COVID-19

 

Ajouter un commentaire