Papa, nouveau diacre permanent

Mathieu et son épouse Magali, parents de sept enfants, ont suivi un parcours diaconal de presque huit années avant l’ordination en septembre 2021, parcours auquel leurs enfants ont toujours été associés.

Pauline, l’aînée, a accepté de nous dire comment la fratrie a accueilli cette nouvelle mission, comment elle a vécu ce cheminement et les fruits qu’elle a pu peu à peu percevoir.

Je m’appelle Pauline, je suis mariée depuis deux ans et aînée de sept enfants. En 2014, mes parents ont été interpellés par notre curé sur la vocation au diaconat. Plus ou moins enthousiastes au début, mes frères, ma sœur et moi avons été témoins de l’évolution de cet appel, et de la manière dont il s’est concrétisé. Aujourd’hui, après un long parcours de discernement et de formation, papa a été ordonné diacre permanent, à notre plus grande joie.

Du doute à la confiance

Depuis le début de leur mariage, mes parents ont toujours fait de la foi le socle de leur vie de famille ; ainsi mes frères et sœur et moi sommes tombés dans la marmite catholique quand nous étions petits. À l’annonce de la préparation au diaconat, j’avais pourtant du mal à imaginer mon père en aube à l’autel ; surtout j’avais peur que ce nouvel engagement ne prenne trop de temps à mes parents et que la vie de famille en pâtisse. Pour mes frères également, l’idée était un peu étrange au début. Mais finalement nous avons suivi nos parents avec confiance dans cette aventure, en nous disant que si c’était un appel du Seigneur, il serait bénéfique pour tous.
Et puis le temps a porté ses fruits. Les week-ends de formation n’étaient pas si prenants et nous permettaient de nous retrouver entre grands à la maison, tandis que les parents partaient avec les plus jeunes. Surtout, nous sentions que papa s’épanouissait beaucoup dans cette vocation et que le Seigneur était à l’œuvre dans son cœur ; il a beaucoup gagné en patience, en douceur, et cela rejaillissait sur son couple et sur toute la famille.

Une bénédiction pour la famille

Régulièrement depuis le début de la formation, mes parents ont été attentifs à ce que nous, les enfants, soyons impliqués dans cette démarche : en nous écoutant, en nous demandant notre accord à chaque étape importante, en nous partageant ce qu’ils vivaient. À cette période charnière de leur vie où les premiers enfants quittent la maison, le diaconat est un vrai renouveau pour mes parents et un véritable chemin de sanctification qui rejaillit en grâces pour toute la famille. J’ai été particulièrement touchée le jour de l’ordination lorsque mes cinq frères ont remis à papa ses ornements de diacre. Ce jour fut une belle fête : bien plus qu’un aboutissement, c’est le début d’un beau chemin.
Avoir un père diacre est une grande fierté : non parce qu’il mérite des honneurs, mais parce qu’il nous montre l’exemple du service, à la suite du Christ, et que ce témoignage vaut plus que tous les discours. Papa a reçu à travers le sacrement de l’ordre des grâces particulières pour vivre sa nouvelle mission, tout en restant le père – et bientôt grand-père – que nous aimons et devons soutenir par notre prière.

Pauline Blarer
Septembre 2021

Diocèse de Toulouse

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
11 + 7 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.