Prendre soin au quotidien

25/02/2021

 

Isabelle Rivol témoigne de l'importance de maintenir le lien social par de petits gestes ou solutions qui simplifient la vie au jour le jour.

 

Mon expérience se situe à Rouen. 

Atteinte de maladie neurologique évolutive, je recherchais plutôt la proximité et l’accueil favorable. J’allais souvent dans « marché U », plus petit, mais ils balayaient toujours quand j’arrivais vers 10H, souvent avec de grosses machines, dans mes jambes, ce qui ne me rassurait pas.

La chaîne d’alimentation à laquelle je fais référence est « Super U Espace du Palais ».

Construit dans les années 90, ce n’est pas une « grande surface (type Intermarché) ni une « supérette » mais bien quelque chose d’intermédiaire. La « gérante » est fort aimable : je peux même lui demander un conseil culinaire ! Et les vendeurs n’hésitent pas à me montrer le rayon que je cherche en m’accompagnant simplement. S’ils me voient porter un pack de bouteilles d’eau, ils viennent à ma rescousse pour me le mettre dans le caddy. Car le caddy que je choisis est « prêt à l’emploi » pour la fameuse livraison. Deux bacs amovibles sur roulettes : celui du bas pour les achats lourds, celui du haut pour le plus léger.

Une fois que j’ai réalisé tous mes achats, à la caisse on me sort les provisions du caddy ; j’ai indiqué que je voulais être livrée, donc ils installent le frais avec le frais, et chaque catégorie dans des sacs en papier. Puis il s’agit de payer : si les achats atteint un montant de 50 euros, la livraison est gratuite ! Puis, ils sortent le cahier d’écolier où tous les clients livrables sont répertoriés à la main. Mon heure souhaitée pour la livraison est en général la leur. La dernière fois, j’ai dit, alors qu’il était 14H30, « dans l’après-midi » et le patron a dit à son employé : « le plus tôt possible », donc j’ai dit « trois heures, le temps que je rentre chez moi ». A trois heures, on sonnait, le jeune homme m’apportait mes courses.

Ce qui me plait, c’est que dans les ruelles rouennaises, le « vélo-cargo » est particulièrement adapté. De manière écologique, l’un des vendeurs m’apporte donc mes achats, sans que je n’ai aucun souci de transport. Il me dépose les sacs dans ma cuisine, et il ne me reste plus qu’à ranger mes emplettes !

Une idée qui devrait faire des émules !

Source : la Plateforme du Bien Commun

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
4 + 10 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.