Comment déployer une diaconie qui lutte contre la culture du déchet ?

 

#Réseau Saint Laurent Du 6 au 8 mars 2020, un groupe de 15 diacres et pour 5 d’entre eux leur conjointe appartenant au Réseau Saint Laurent, se sont réunis autour du thème : entre écologie et équité : comment déployer une diaconie qui lutte contre la culture du déchet ?

 

 

Un temps pour se connaitre en louant, priant, gestuant la Parole de Dieu, dansant et en partageant nos vies, les lieux où nous sommes engagés et ce que le thème de l’écologie évoque dans notre ministère et les dimensions que cela doit déployer.

6 temps de rencontres :

Définir ce qui nous rassemble : un projet d’Eglise pauvre avec les pauvres et à partir des pauvres. Dans les suites de Diaconia 2013, où nous étions passés de faire pour à faire avec les pauvres, mettre en œuvre et déployer des diaconies dans les diocèses en partant de la parole des plus pauvres qui sont le trésor de l’Eglise et faire à partir d’eux. Profiter de la dynamique du réseau St Laurent pour s’encourager, se « supporter » mutuellement et se dire comment nous nous y prenons dans notre diocèse pour être inspirant pour les autres diocèses et contribuer à l’effort de notre Eglise pour une Eglise verte qui intègre la question de l’équité sociale. Faire de la « permaculture Ecclésiale » dans laquelle les plus pauvres aient leur place !

 

  • Travailler sur un texte de la Revue Quart Monde 2019 (n°250) sur le thème Pauvreté et Ecologie. Il nous a permis de nous mettre devant la population du quart monde et de découvrir que les pauvres ont une longueur d’avance sur nous en matière d’écologie.
  • Partager sur la Parole de Dieu à partir de Deuteronome 24, 18-21 et comprendre que les pauvres sont le lieu de révélation que Dieu est le vrai donateur. « Le reste » des produits des champs qui est laissé à l’immigré, la veuve et l’orphelin montre que le Tout n’est pas la propriété de l’humain, mais de Dieu seul.
  • Faire une synthèse personnelle puis collective suite aux partages de notre rencontre autour de nos convictions à partir de la vue de l’écologie des familles pauvres et de la Parole de Dieu.
  • Prier avec la prière du Pape François « Prière pour notre terre » Laudato si n°246 « Dieu Tout-Puissant qui es présent dans tout l’univers et dans la plus petite de tes créatures… »
  • Réfléchir sur comment préparer avec nos évêques, dans nos différents diocèses, la rencontre de Novembre 2020, date du 3ème temps de la conférence des évêques de France à Lourdes autour de la question des pauvres au sein de Laudato Si pour inviter autour de la Table des personnes qui vivent la précarité (comme cela a été fait dans le cadre des Abus avec des victimes d’abus.)

Synthèse de nos convictions
La conversion écologique de l’Eglise catholique ne peut se vivre qu’en acceptant un changement de climat dans la manière de débattre ensemble des problèmes de société :
Contempler et s’émerveiller avec les pauvres de la beauté du monde et de ce qui se fait déjà comme prélude d’une construction d’une fraternité durable pour le bien de tous.
Croire en l’indivisibilité de la personne et en la nécessité pour chacun, quel que soit sa condition sociale, d’avoir accès autant à la nourriture et à un logement qu’à l’éducation, la culture et la spiritualité, qui sont tous des besoins fondamentaux car ils peuvent chacun redresser et redonner foi et espérance.
Ecouter la parole des pauvres comme des frères dans la foi et non pas comme des objets de la charité.
Il est nécessaire aujourd’hui que les projets écologiques soient portés en collaboration avec les plus petits qui sont à la fois les plus touchés par les dérèglements de notre monde et ceux qu’il ne faut pas oublier pour que tous les êtres de cette terre puissent s’y retrouver en étant profondément unis.
Il y a urgence à se mettre en condition de dialogue en partant de ce qui est le plus oublié, la parole du plus pauvre, et à travailler ensemble pour se comprendre autour du défi environnemental que nous vivons et d’une écologie de la magnificence. Il nous faut une nouvelle diaconie universelle, c’est vital.
Cette mutation nous aidera à retrouver ensemble la joie de l’Evangile et à bâtir des solutions de développement durable et intégral dans la biodiversité de nos charismes et de nos ministères !

Synthèse des références de la Parole de Dieu
Toute la Bible est traversée par l’écologie et l’équité sociale.
Le pape François rappelle dans sa lettre encyclique « Laudato Si, que « la terre nous précède et nous a été donnée. […] nous devons rejeter avec force que, du fait d’avoir été créés à l’image de Dieu et de la mission de dominer la terre, découle une domination absolue sur les autres créatures […]. Cela implique une relation de réciprocité responsable entre l’être humain et la nature ». (§67)
Ainsi pendant cette rencontre, la Parole de Dieu s’est imposée aux diacres présents et à leurs épouses, comme incontournable à toute réflexion sur l’écologie intégrale, comme elle s’avère indispensable aux pauvres que nous côtoyons pour exprimer leur pensée.

Notre travail en deux groupes distincts pour la synthèse du week-end a montré la convergence des références bibliques et des convictions issues des expériences vécues dans nos missions.
L’Esprit Saint est à l’œuvre !

Ainsi, nous avons dégagé 4 grands thèmes et nous avons, de mémoire, indiqué quelques références sans caractère exhaustif !

1 - Le Projet du créateur
Saint François fidèle à l’écriture, nous propose de reconnaître la nature comme un splendide livre dans lequel Dieu nous parle et nous révèle quelque chose de sa beauté et de sa bonté. (§12)
Le psaume 8 nous introduit à la contemplation et la louange.
« La grandeur et la bonté des créatures font contempler, par analogie, leur Auteur ». (Sg13,5)
La soumission devient une harmonie dans la Genèse. Chaque être est nommé. Les prophètes ne cesseront de rappeler cette promesse d’harmonie. Déjà la figure du nouvel Adam, du paradis retrouvé est signifiée dans Isaïe (11 1-8). L’esprit du Seigneur qui planait sur les eaux est là présent dans une création toujours en enfantement. Voir le Psaume 103 par exemple….

2- La prise de conscience des fragilités
Déjà dans la Genèse Caïn répond à Dieu qui l’interpelle : « Suis-je le gardien de mon frère ? »
Tous les prophètes voient, annoncent les dérives humaines dans cette création que Dieu nous a confié : Amos dénonce l’exploitation des pauvres par les riches, Isaïe parle du pauvre, de l’humilié, Jérémie montre la construction des idoles avec les restes…
Le livre de Job à partir du chapitre 38 nous parle des défis du Seigneur qui nous interrogent.
Dans l’évangile Jésus nous demande de prendre le risque de le suivre, le risque de la croix, le risque de la Vie : « Je vomis les tièdes », « Serions-nous aveugles nous aussi ? » (Jn 9) …

3- Jésus pauvre s’identifie aux pauvres
Déjà le prophète Isaïe annonçait le serviteur souffrant d’Isaïe (52)
Sagesse 2 nous introduit dans la justice du pauvre ;
Dans l’évangile Jésus n’a de cesse de répéter que les pauvres sont le lieu de la révélation (Mt 11)
« Ce que tu as caché aux sages et aux savants tu l’as révélé aux tous petits »
L’évangile de Matthieu (25) mène à l’identification des pauvres à Jésus par Jésus lui-même.

4- La libération
C’est : Dieu ma Justice qui se fait Salut des hommes.
Jésus dans l’évangile révèle aux hommes tout ce qui concerne la construction du royaume.
Jésus est la porte
Relisons l’ensemble de l’apocalypse 3.
Les évangiles parlent du partage des richesses jusqu’à la croix.
Les guérisons comme celle de l’aveugle ouvrent à l’avenir pour que la gloire de Dieu soit manifestée.
La foi de Job : moi je sais que mon libérateur est Vivant ….
C’est la résurrection qui devient notre appui.

Ainsi ces thèmes montrent bien que l’on ne peut parler d’écologie chrétienne sans regarder la création à partir des pauvres parmi lesquels le Christ a accompli la rédemption.

 

Ajouter un commentaire