Humble Charité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Humilité ! Ce mot revient souvent dans les témoignages entendus en ces jours de crise sanitaire. Nous découvrons, douloureusement, qu’aucune personne, qu’aucun peuple, ne peut s’enfermer dans une auto-suffisanse orgueilleuse. Aucun homme, aucun peuple ne peut se prétendre supérieur aux autres en raison de son pouvoir, de son savoir ou encore de sa richesse. Humblement nous reconnaissons que nous dépendons les uns des autres, que nous sommes solidaires les uns des autres. Au premier siècle Saint Paul nous invitait déjà à adopter une telle attitude en comparant l’Eglise à un Corps ou aucun membre ne peut dire à l’autre : « Je n’ai pas besoin de toi ! » (Première épître aux Corinthiens 12, 12-31). L’humilité n’est pas mépris de soi, des dons et des charismes que Dieu a déposés en nous, elle est accueil de ce que chacun peut donner et offrir pour le bien de tous ! Elle ouvre ainsi les portes d’une réelle solidarité !

L’humilité, bien comprise et bien vécue, redonne également toute sa force au mot « charité ». Avec l’humilité il n’est plus question d’enfermer la charité dans un rapport hiérarchique et condescendant mais de la faire « exploser » dans un rapport de fraternité qui est chemin vers le Père.

L’humilité nous permet d’écouter l’Esprit saint pour que la charité de déploie dans nos gestes et nos paroles, nos choix et nos engagements. Elle nous donne ainsi la grâce de témoigner de la vie divine et d’être pleinement vivants ! L’avertissement de l’apôtre Jean résonne à nos oreilles : « Qui n’aime pas demeure dans la mort » (Première épître de saint Jean 3, 14). Quant à l’apôtre Paul, il n’hésite pas à proclamer que sans l’amour notre vie est creuse. « S’il me manque l’amour, écrit-il, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante… » (Première épître aux Corinthiens 13, 1).

Ils en sont des acteurs mais aussi des témoins émerveillés quand ils découvrent les multiples initiatives, souvent discrètes, de ceux et celles qui les entourent qu’ils soient ou non croyants. Beaucoup de chrétiens  sont également engagés dans des groupes constitués, qu’ils soient paroissiaux ou associatifs, afin de se donner ensemble des moyens durables et structurés pour répondre aux détresses d’aujourd’hui. Ces groupes et associations témoignent d’un beau dynamisme et d’une belle inventivité pour déployer la charité et la solidarité, y compris dans le contexte difficile que nous connaissons ! La Conférence des Evêques de France vous propose de découvrir quelques unes de ces initiatives. En ce temps de carême elles nous rappellent, qu’avec le Christ, des chemins de vie sont toujours possibles !

+ Pascal Delannoy
Président du Conseil pour la solidarité et la diaconie
Évêque de Saint-Denis

Ajouter un commentaire