le Pape appelle à marcher ensemble vers un nous plus grand

Dans son message pour la 107ème Journée mondiale du Migrant et du Réfugié, qui aura lieu le 26 septembre 2021, le Pape François lance un double appel aux catholiques et à tous les hommes et femmes du monde.

Il demande à s’engager en faveur d’une Église plus inclusive et à construire un avenir de paix et de justice.

« Vers un nous toujours plus grand» : c’est le thème choisi pour cette 107e Journée mondiale du Migrant et du Réfugié, tiré des réflexions du Pape François dans sa lettre encyclique Fratelli tutti.  Ce «nous» puise son origine dans «projet créatif de Dieu lui-même» indique d’emblée le Saint-Père. Dieu crée l’homme et la femme pour former ce nous appelé à devenir plus grand en se multipliant. Et quand l’être humain se détourne de Dieu, ce n’est pas à «des individus » que Dieu accorde sa miséricorde, mais à «un peuple», à un «nous destiné à inclure toute la famille humaine, tous les peuples». «L’histoire du salut voit donc un nous au début et un nous à la fin» ajoute le Pape.

« Le temps présent, cependant nous montre que le nous voulu par Dieu est brisé et fragmenté, blessé et défiguré» constate François. Aussi bien dans le monde que dans l’Église, ce nous est mis à mal par la pandémie, «les nationalismes fermés et agressifs et l’individualisme radical». Et ce sont les «autres», «les étrangers, les migrants, les marginaux, qui vivent dans les périphéries existentielles» qui en paient le prix. Or, « nous sommes tous dans le même bateau et nous sommes appelés à nous engager pour qu’il n’y ait plus de murs qui nous séparent, qu’il n’y ait plus les autres, mais un seul nous, aussi grand que toute l’humanité. »

Les catholiques invités à vivre la catholicité

Premiers interpellés, les catholiques : le Pape les exhorte à être toujours plus fidèles à «leur être catholique». La catholicité de l’Église doit être vécue grâce à l’Esprit du Seigneur qui «nous rend capables d’embrasser tout le monde pour faire communion dans la diversité, en harmonisant les différences sans jamais imposer une uniformité qui dépersonnalise», précise François. Dans la rencontre avec les étrangers, les migrants, les réfugiés et le dialogue interreligieux, «nous avons l’opportunité de grandir en tant qu’Église, de nous enrichir mutuellement». «Chaque baptisé est un membre à part entière de la communauté ecclésiale locale, un membre de l’unique Église», insiste-t-il.

François appelle aussi les fidèles à s’engager pour que l’Église devienne «plus inclusive» poursuivant la mission assignée aux Apôtres par Jésus. «Aujourd’hui, l’Église est appelée à sortir dans les rues des périphéries existentielles pour soigner les blessés et chercher les perdus, sans préjugés ni peur, sans prosélytisme, mais prête à élargir sa tente pour accueillir tout le monde» affirme-t-il.

Préserver la maison commune pour tous

Cet appel est élargi à tous les hommes et toutes les femmes du monde afin de «construire ensemble notre avenir de justice et de paix, en veillant à ce que personne ne reste exclu». «L’avenir de nos sociétés est un avenir “en couleurs”, enrichi par la diversité et les relations interculturelles. C’est pourquoi nous devons apprendre aujourd’hui à vivre ensemble en harmonie et dans la paix» souligne François. L’idéal à atteindre est celui de la nouvelle Jérusalem «où tous les peuples se rassemblent dans la paix et l’harmonie, célébrant la bonté de Dieu et les merveilles de la création». Pour cela, il faut «faire tomber les murs», «construire des ponts». Dans cette optique, affirme François, «les migrations contemporaines nous offrent l’opportunité de surmonter nos peurs pour nous laisser enrichir par la diversité du don de chacun».  

Cet appel à ne pas détourner son regard de l’étranger, le Pape l’étend à la préservation de la création. François explique que le Seigneur nous demandera des comptes «pour garantir que notre maison commune soit correctement entretenue». Pour cela, là aussi le «nous» est nécessaire, un «nous toujours plus grand, toujours plus coresponsable, avec la ferme conviction que tout bien fait au monde l’est pour les générations actuelles et futures». L’objectif est celui d’atteindre «un développement plus durable, équilibré et inclusif», sans faire de distinction. «Le trésor est commun et personne ne doit être exclu de ses soins et bénéfices». Rêvons ensemble exhorte-t-il enfin, reprenant son appel dans Fratelli tutti.

Prière

Père saint et bien-aimé, ton Fils Jésus nous a enseigné que dans le ciel une grande joie éclate quand quelqu’un qui était perdu est retrouvé, quand quelqu’un qui a été exclu, rejeté ou écarté est accueilli de nouveau dans notre nous, qui devient ainsi toujours plus grand.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

Source : Vatican News

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
1 + 0 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.