Tous frères, vraiment

13/10/2020

 

" Fratelli tutti " répond comme toute encyclique sociale à une situation particulière de notre temps...1

 

Nous avons bien conscience de ce que depuis quelques années, les fractures, les divisions, les appels à la haine et à la suprématie se sont dangereusement accrus au sein de nos pays comme entre les nations. Les espoirs d’une paix mondiale durable ont fait place à la crainte d’une reprise généralisée de la guerre 2 . C’est précisément cette situation, analysée au scalpel dans le second chapitre de l’encyclique, que le Pape entend non seulement aider à comprendre, mais aussi à conjurer, avec toute la force de la vérité que recèle la charité chrétienne. Les mots qu’il utilise sont simples, personnels à l’image d’une conversation, destinés à toucher l’intelligence et le cœur au-delà du monde des croyants.

Tous frères vraiment

Cette conviction revêt dans l’encyclique d’abord une forme anthropologique étayée par un poignant commentaire de l’évangile du Bon Samaritain 3. Elle prend sous la plume du Pape l’allure d’un récit universel de la vocation et de l’humain et de l’humanité. Les maux dont souffre le monde gisent dans l’emprise d’une culture qui exalte l’amour exclusif de soi, professe l’ignorance ou le mépris des pauvres, attise et manipule le ressentiment, banalise le gâchis des personnes et de la nature nécessaire à leur vie. Dès son avènement le Pape a dénoncé ici sans ambages la responsabilité d’un capitalisme financier mondialisé et sans vergogne allié à la cupidité de dirigeants corrompus. Mais parce qu’elle est radicalement contraire à l’esprit de fraternité, cette alliance est vouée à l’autodestruction et n’accomplira aucun de ses rêves de puissance et de suprématie 4

" La fraternité qui se veut reconnaissance de la dignité de toute personne fût-elle la plus étrangère et la plus démunie implique de changer de "style de vie."

Cependant il n’est pas trop tard et il n’est pas vain de faire obstacle à ces « ombres épaisses » qui entravent la vocation de la famille des peuples à l’unité, tant est « féconde », l’adjectif revient à de nombreuses reprises, la dynamique qui procède de l’exercice de la fraternité à titre individuel comme à l’échelle des nations que le Pape désigne alors comme « amitié sociale 5. Cependant, le Pape s’emploie au long des chapitres où se développent ses axes de proposition et d’action à souligner que la fraternité et l’amitié sociale ne sont pas des concepts jetés dans une forme de combat idéologique. Ce sont plutôt les leviers du changement radical auquel le Samaritain et le Pape avec lui nous invitent. La fraternité qui se veut reconnaissance de la dignité de toute personne fût-elle la plus étrangère et la plus démunie implique de changer de "style de vie" . Une communauté qui organise la solidarité comme amitié sociale instille dans ses lois et dans ses institutions une vraie reconnaissance de l’apport de chacun. Selon ces voies qui ont fait leurs preuves, nous pourrons être tous frères, vraiment.

Les recommandations du Pape en faveur d’une « bonne politique » ou pour l’ouverture de « parcours de réconciliation » pour réduire les fractures sociales frappent par leur justesse alors qu’elles ont pourtant une portée très générale 6 C’est qu’en vrai Jésuite, François est aussi un maître dans la psychologie des consciences qui ouvre sur le discernement spirituel et le conduit à écouter l’âme des peuples comme s’il en était de personnes 7 .

A nous, peuple de France, si désabusé, si peu enclin à accorder à quiconque sa confiance, il adresse plusieurs messages. Sans prononcer le mot de nation, il propose une vision de la communauté nationale accomplissant sa singularité dans la rencontre avec la communauté internationale qui pourrait nous guérir de la tristesse de n’être plus l’unique modèle8 . Sans doute a-t-il suivi avec attention le mouvement des Gilets jaunes car c’est bien à lui que l’on peut songer lorsque sur l’exigence de justice sociale, il greffe la nécessité d’une véritable « rencontre sociale » qui mette en dialogue les principales « composantes culturelles » de la société 9 . A nos élites politiques que l’on s’entend si fort à décrier, il prodigue encouragement et consolation en soulignant que l’important ne devrait pas consister seulement en de grandes lois ou de grands projets, mais aussi dans la capacité d’initier des processus qui engendrent une capacité citoyenne 10. A la tentation de trouver dans l’Islamisme radical l’ennemi qui puisse nous réunir, il oppose l’appel à la paix que prodiguent ensemble Chrétiens et Musulmans dans un dialogue authentique comme celui qu’il a conduit avec le Grand Imam Ahmad Al-Tayyeb 11

" Il faut aussi répondre à la question qui en traverse le cœur : « A qui t’identifies-tu ?» (para 64), pour accomplir le chemin spirituel à laquelle elle invite."

Cependant il ne suffit pas de recevoir avec faveur, comme l’auteur de ces lignes, une encyclique qui récapitule l’enseignement du Pape François tout en « embarquant » la sagesse de ses deux prédécesseurs. 

Jérôme Vignon 

président d'honneur des SSF et conseiller à l'Institut Jacques Delors

Source : Semaines sociales de France

  • 1. Lettre Encyclique Fratelli Tutti signée à Assise le 3 octobre 2020.
  • 2. Les aspects militaires de la tension internationale font l’objet dans l’encyclique de développements précis , tant dans l’analyse que sous la forme de prises de positions claires, notamment pour appeler toutes les nations , y compris celles qui détiennent l’arme nucléaire , à prendre le chemin d’un désarmement complet , multilatéral. (Para 256 à 262)
  • 3. .Ibid. Deuxième chapitre « Un étranger sur le chemin ».
  • 4. « Le sauve-qui-peut deviendra vite tous contre tous » . Para 36. « Celui qui ne vit pas la gratuité fraternelle fait de son existence un commerce anxieux ». Para 140.
  • 5. . « J’invite à l’espérance qui nous parle d’une réalité qui est enracinée au plus profond de l’être humain«. Para55. »
  • 6. Ce sont les chapitres 5 à 7 de l’encyclique.
  • 7. " On ne peut comprendre ce qu’est un peuple seulement avec des catégories logiques " . para 158.
  • 8. .Ibid., para 149 et 150
  • 9. .Ibid. para 219.
  • 10. Ibid. para 195,196.
  • 11. .Ibid. para 285

Ajouter un commentaire