À Paris, inquiétude sur l'augmentation de la précarité au coeur de l'été

22/08/2022

Alors que des organismes tels que les Restaurants du Coeur ferment leurs portes au mois d'août, plusieurs associations caritatives d'Ile-de-France alertent sur l'augmentation du nombre de bénéficiaires de l'aide alimentaire.

Les épisodes de canicules à répétition, alliés à la diminution constante du nombre de bénévoles, compliquent la prise en charge des plus démunis.

En France, 7 millions de personnes vivent actuellement en situation de précarité alimentaire. Un nombre qui a triplé ces 10 dernières années, selon la dernière enquête du Secours catholique en date de novembre 2021. Si le nombre de personnes bénéficiant d'une aide alimentaire en France est encore inconnu pour 2022, il semble avoir encore augmenté en conséquence de la pandémie, estiment plusieurs associations de la capitale. L'Insee, de son côté, confirme que l’arrêt de l’activité économique durant la crise du coronavirus a dégradé durablement les conditions de vie de ceux qui y avaient déjà recours*. À Paris au creux de l'été, le phénomène saute aux yeux.

Fermeture au mois d'août

En plein cœur du mois d’août, alors que les épisodes de canicule se multiplient, l'association Août Secours Alimentaire voit affluer vers ses centres des centaines de Parisiens et Franciliens dans le besoin, «entre 400 et 1000 par jours» selon les lieux, confirme Anne-Marie Bredin, coordinatrice de l'association. D'ici à la fin du mois, l'organisme aura fourni en colis alimentaires plus de 20 000 personnes, orientées par les associations avant leur fermeture estivale. Parmi elles, les Restaurants du Coeur, dont les 7 principaux centres de la région ont complètement fermé leurs portes pour le mois d'août. 

Afflux de nouveaux bénéficiaires

Au-delà de l'affluence habituelle, Août Secours Alimentaire constate cet été la présence de «nouveaux précaires». «Nous les reconnaissons car ils ne connaissent pas le système d’aide alimentaire sur Paris. Ils n’ont pas non plus d’assistante sociale, et ne savent pas comment en avoir une. C’est un fait marquant cette année», note Anne-Marie Bredin.

Un constat que partage le Secours catholique, qui organise des «cafés de rues» tous les soirs de la semaine, dans plusieurs points de Paris. «La situation a commencé à se dégrader avec la Covid, mais depuis quelques mois, c'est vrai que nous avons de plus en plus de bénéficiaires. Cet été, je pense que nous avons quasiment doublé le nombre de nouvelles têtes», raconte ainsi Emilie Rey, bénévole depuis 2 ans à l'association, dans le IVe arrondissement de Paris.

Des profils hétérogènes

Tous les mercredis soir, les équipes du Secours catholique offrent un espace d'échange fraternel autour d'une distribution de cafés et de biscuits. Emilie raconte accueillir «des gens que nous n’avions jamais vus jusqu’à maintenant». Elle poursuit: «Ce qui est assez étonnant, c'est qu’habituellement nous rencontrons [aux cafés de rue] des populations étrangères. En ce moment, nous voyons des personnes françaises, notamment âgées. Je dirais que le phénomène s’accélère depuis trois mois.»

Claire Riobé - Cité du Vatican

Source : Vatican News

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.